Triangle Circle Shapes
Square Cross Shapes

Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots

Uniquement sur PlayStation
  • PS3

Snake revient plus efficace que jamais dans Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots sur PlayStation 3.

  • Date de sortie : Déjà disponible
  • Genre : Action
  • Éditeur : Konami
  • Développeur : Konami
    Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots screenshot 9
    Dernier opus de la saga Metal Gear Solid d'Hideo Kojima, Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots se déroule dans un futur déchiré par la guerre, où d'énormes conglomérats s'affrontent pour asseoir leur suprématie en utilisant des armées de mercenaires triés sur le volet.

    Vous voyez ce monde dévasté à travers les yeux blasés d'un Solid Snake plus âgé, qui a été chargé d'infiltrer un certain nombre de positions importantes aux quatre coins du globe, y compris au Moyen-Orient et en Amérique du Sud.

    La fin épique de l'histoire de Snake offre des éléments de combat stupéfiants, un système de commandes inédit pour diriger votre héros vieillissant, ainsi qu'un habile mélange d'éléments essentiels à l'intrigue et de détails.

    Lors de cette dernière mission autour du monde, Snake devra parcourir la planète à la poursuite de son ennemi juré Liquid Ocelot. Fort de ses nouveaux gadgets et de ses nouvelles capacités, Solid Snake devra prendre l'avantage, notamment en profitant du chaos du champ de bataille pour s'infiltrer au cœur du territoire ennemi.

    • Combattez la toute nouvelle unité d'élite Beauty and the Beast (La Belle et la Bête) : Laughing Octopus, Raging Raven, Crying Wolf et Screaming Mantis.
    • Parmi les nouveautés figurent le robot Metal Gear Mk. II contrôlé à distance, un CQC (système de combat rapproché) plus performant et la tenue de camouflage optique Octocamo de Snake.
    • Assistez au retour de personnages emblématiques de la série, tels que Meryl Silverburgh, Raiden, Hal "Otacon" Emmerich et Roy Campbell.

    La dernière aventure de Solid Snake

    Chef-d'oeuvre monumental, Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots permet à Hideo Kojima de conclure sa quadrilogie en beauté...

    Depuis ses débuts sur PlayStation en 1999, on peut dire que Solid Snake a roulé sa bosse. Sur Shadow Moses, par exemple, alors qu'il tente d'empêcher le tir d'une arme nucléaire, il se fait capturer et torturer par Revolver Ocelot. Parvenant à s'échapper, il découvre ensuite qu'il est infecté par le redoutable virus FoxDie.

    Lors d'une autre aventure, il se retrouve pris entre deux feux lors d'un affrontement opposant Revolver Ocelot à des terroristes russes contrôlés par Sergei Gurlukovich. Possédé par l'esprit de feu Liquid Snake, Revolver Ocelot doit tenter de sortir vivant du naufrage d'un tanker.

    Proposant des personnages fascinants, des dialogues peaufinés et des rebondissements à foison, Metal Gear Solid possède une profondeur que peu de jeux ont pu égaler. Bien qu'il ne s'agisse pas forcément du dernier épisode de la saga, Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots constitue l'ultime mission de Solid Snake, qui, heureusement pour lui, finit d'une manière mémorable.

    À la guerre comme à la guerre

    Nous sommes en 2014, cinq ans après les évènements relatés dans Metal Gear Solid 2. La situation dans le monde n'incite pas à l'optimisme. La nanotechnologie se fait de plus en plus présente. Les restrictions qui pesaient sur les interventions militaires à l'étranger ont été assouplies. Du coup, de plus en plus de sociétés militaires privées accomplissent les sales boulots au nom des entreprises. Les nanomachines qui contrôlent ces armées sont gérées par Liquid Ocelot. Après avoir mis sur pied une armée privée qui n'a rien à envier aux forces américaines, ce dernier entend bien déclencher une insurrection. Pressé par le temps, Roy Campbell décide d'envoyer Solid Snake au Moyen-Orient pour assassiner Liquid. Pourtant, Solid Snake n'est pas au mieux de sa forme : vieilli avant l'âge, il est envahi par une désillusion de plus en plus tenace...

    Sur le plan du gameplay, on retrouve dans MGS 4 les phases d'infiltration qui ont fait la réputation de ses prédécesseurs, si ce n'est que ces mécanismes sont transposés dans une nouvelle arène : un théâtre de guerre. Finis les couloirs silencieux et place aux champs de bataille actifs, où les combattants rebelles affrontent les armées privées. Pour éviter de se faire repérer, vous devrez non seulement connaître l'emplacement des soldats privés mais également comprendre le déroulement général des batailles. Prenons un exemple : lors d'une mission, Snake s'approche d'un barrage routier établi par les membres d'une armée privée, attaqué par des troupes rebelles. Vous avez alors plusieurs options : espérer que les rebelles accapareront les soldats privés assez longtemps pour que Snake passe, participer à l'attaque pour que les rebelles protègent ensuite Snake ou passer par les toits au risque d'être repéré et pris pour cible par des appareils ennemis.

    La discrétion est presque toujours la meilleure option, mais Snake doit parfois faire parler la poudre. Sur ce plan, le jeu tient toutes ses promesses. Le système de visée a été amélioré et le jeu propose de nombreuses armes, que vous pouvez récupérer sur le champ de bataille ou vous procurer auprès de Drebin. Pour obtenir assez d'argent et faire ses emplettes, Snake peut vendre les armes qu'il trouve en chemin.

    Détail important : ces principes s'appliquent à la première partie du jeu, qui en comporte six. Par la suite, le gameplay subit plusieurs changements d'orientation. Il serait injuste de décrire ces trouvailles géniales, qu'on ne peut vraiment apprécier qu'en jouant. On n'en dira donc pas plus sur ce sujet, si ce n'est pour signaler que des traits de génie ponctuent le gameplay par la suite. Le troisième chapitre, notamment, est un véritable coup de maître de la part de Hideo Kojima et de son équipe.

    Cache-cache mortel

    Le jeu fourmille de détails : ainsi, à l'instar d'un caméléon, la tenue OctoCamo simule automatiquement toute surface ou texture sur laquelle se plaque Snake. Toujours au chapitre des nouveautés, vous disposerez d'un petit robot furtif baptisé Metal Gear Mk. 2, que Snake peut envoyer en reconnaissance. Le soft propose également un excellent système de personnalisation des armes et une somptueuse partition signée Harry Gregson-Williams et accompagnant à merveille le stress éprouvé par le joueur.

    Le jeu baigne également dans l'autodérision : défiant toutes les conventions, les dialogues font référence au fait que vous êtes en train de jouer à un jeu vidéo. En outre, les sensations fortes sont au rendez-vous et les Metal Gear reptiliens vous feront sursauter en surgissant sans crier gare. Les combats captivants contre les boss brillent par leur originalité et chacun possède des caractéristiques qui lui sont propres. Vous devez à chaque fois déployer des trésors d'ingénuité pour en venir à bout. Cerise sur le gâteau, Metal Gear Solid 4 est l'un des plus beaux jeux PlayStation 3.

    Réussite technique et créative phénoménale, cet épisode conclut en apothéose une saga légendaire dans l'histoire de la PlayStation. On décrit souvent les jeux en faisant référence à l'expérience qu'ils procurent. Ce terme fourre-tout n'a cependant jamais semblé aussi justifié, car nous sommes en présence d'un titre qui marie avec brio l'intrigue, le gameplay irrésistible et le fun.

    Snake qu'un au revoir Sans son héros bourru, la franchise Metal Gear ne sera plus la même, mais tant que Kojima et son équipe resteront aux commandes, les prochains titres seront tout aussi originaux. On se souviendra toujours de Snake pour sa maîtrise de l'infiltration. Pourtant, ce héros nous surprend jusqu'au bout en tirant sa révérence de la plus explosive des manières.

    • Dolby 5.1

      Dolby 5.1

    • Joueurs

       Joueurs

    • Fonctionnalités réseau

      Fonctionnalités réseau

    • Avec contenu téléchargeable

      Avec contenu téléchargeable

    • 720p

      720p

    • Jeu en réseau

      Jeu en réseau

    •  
    •  
    •  
    •  
     
     

    Regardez-le en action

    Vidéos et images